Télécharger le document PDF 

Ils sont de retour !

 

Ces animaux qui aiment nos plantes et que nous détestons

Les pucerons

Surveillez les pucerons, ils sont de retour ! Ces minuscules insectes commencent déjà à  faire leur apparition, notamment sur les jeunes boutons de rosiers. Ils envahissent et détruisent vos plantes, ils sont le cauchemar des jardiniers : les pucerons profitent des beaux jours pour s'épanouir librement dans votre jardin. Ils colonisent les plantes dont ils sucent la sève et sécrètent une substance sucrée et visqueuse, le miellat. Les fourmis en sont très friandes, et si elles prennent soin des pucerons, c’est tout simplement parce qu’elles en font l’élevage afin de récupérer ce miellat.

Pour que vous puissiez profiter tranquillement de vos fleurs et de vos plantes cet été, nous vous proposons plusieurs méthodes respectueuses de l'environnement afin que votre jardin ne serve plus de nid à ces petites bêtes nuisibles.
Si l'infestation n'est pas trop importante, vous pouvez venir à bout de ces suceurs de sève en les écrasant entre vos doigts. Sinon vous pouvez les asperger d’une solution d’eau avec 10 % de savon noir.
Certaines plantes ont la réputation de les faire fuir : menthe, œillets d'Inde, sarriette, lavande ou thym sont autant d'essences répulsives qui devraient faire reculer ces petits parasites.
Votre grande alliée dans la lutte contre les pucerons est la coccinelle. Au stade larvaire ou au stade adulte, elle est un prédateur redoutable et vorace. Elle consomme en moyenne entre 80 et 100 pucerons par jour, devenant ainsi une figure emblématique du jardin biologique. Si elles ne sont pas encore arrivées dans votre jardin, vous pouvez aisément commander des larves en ligne.

Les limaces et escargots

Dès que le sol et l'air se réchauffent au printemps, escargots et limaces partent à la nuit tombée à la recherche de nourriture et sont attirés par la sève des plantes. Ils rampent sur les feuilles, les bulbes, les fruits et les racines dont ils se nourrissent, infligeant de graves blessures aux végétaux. Les années humides, c'est le cauchemar du jardinier. Les plus à craindre, parmi ces mollusques, sont incontestablement les limaces. La grosse limace rouge fait des ravages, elle peut ingérer jusqu'à 50 grammes de nourriture par jour, soit son propre poids !
Aucun ravageur n'a suscité autant de trucs et astuces que la limace. Leur efficacité est très variable et il est généralement nécessaire d'en associer plusieurs. Une vieille méthode consiste à les attirer avec des récipients contenant de la bière, elles aiment tellement ce breuvage alcoolisé qu'elles finissent par se noyer dedans ! Pensez aussi à favoriser leurs ennemis naturels, hérissons, oiseaux et surtout poules et canards. De nombreuses barrières physiques peuvent les repousser : bandes de cuivre, coquilles d’œufs, épines de pin, cendre ou marc de café. Malheureusement, ces derniers ne sont efficaces que jusqu’à la prochaine pluie.
Les granules anti-limaces sont encore plus radicales, mais attention, toutes ne sont pas inoffensives vis-à-vis de la nature environnante.
Enfin, une méthode de lutte biologique est venue compléter cette panoplie, elle a recours à des nématodes (de microscopiques vers prédateurs spécifiques des limaces). Ils sont conditionnés en poudre, à diluer dès réception dans de l'eau, puis à épandre à l’arrosoir sur un sol humide (le maintenir humide au moins quinze jours). Ils assurent une bonne protection pendant plusieurs semaines.
Avec toutes ces astuces, vos plantes vous aimeront et les parasites vous détesteront.

Isabelle Erulin |

 Garden Consulting & Coaching

www.les-pouces-verts.com 

+44 79 3063 9650

  • Evitez d'utiliser un insecticide sur vos rosiers, il ne fait pas la différence entre les pucerons et les insectes bénéfiques à votre jardin comme les coccinelles.